Audiogrammes

Radio Liban 96.2FM

Posts Tagged ‘Anna Karina

Alternatif

leave a comment »

Je viens de regarder Slogan, le film de 1969 qui a réuni à l’écran et à la ville Serge Gainbourg et Jane Birkin. A mi-film, je tombe sur cette scène:

Serge vient de recycler une citation qu’il avait chanté dans Anna 2 années plus tôt!

Qui n’est autre qu’un extrait du sermon “Sur l’amour des plaisirs” prêché par Bossuet lors du Carême du Louvre en 1662, sur “l’inconstance de la concupiscence”.

Nous voyons par expérience que tout l’agrément des sens est dans la variété ; et c’est pourquoi l’Ecriture dit que « la concupiscence est inconstante : » Inconstantia concupiscentiœ, parce que dans toute l’étendue des choses sensibles, il n’y a point de si agréable situation que le temps ne rende ennuyeuse et insupportable. Quiconque donc s’attache au sensible, il faut qu’il erre nécessairement d’objets en objets et se trompe pour ainsi dire en changeant de place. Ainsi qu’est-ce antre chose que la vie des sens, qu’un mouvement alternatif de l’appétit au dégoût, et du dégoût à l’appétit, l’âme flottant toujours incertaine entre raideur qui se ralentit et l’ardeur qui se renouvelle : Inconstantia concupiscentiœ. Voilà ce que c’est que la vie des sens. Cependant dans ce mouvement perpétuel, on ne laisse pas de se divertir par l’image d’une liberté errante : Quasi quâdam libertate aurae perfruuntur vago quodam desiderio suo. Mais aussi quand il faut arrêter ses résolutions, cette âme accoutumée dès longtemps à courir deçà et delà partout où elle voit la campagne découverte, à suivre ses humeurs et ses fantaisies, et à se laisser tirer sans résistance par les objets plaisants, ne peut plus du tout se fixer. Cette constance, cette égalité, cette sévère régularité de la vertu lui fait peur, parce qu’elle n’y voit plus ces délices, ces doux changements, cette variété qui égaie les sens, ces égarements agréables où ils semblent se promener avec liberté. C’est pourquoi cent fois on tente et cent fois on quitte, on rompt et on renoue bientôt avec les plaisirs. De là ces remises de jour en jour, ce demain qui ne vient jamais, cette occasion qui manque toujours, cette affaire qui ne finit point et dont on attend toujours la conclusion. O âme inconstante et irrésolue, ou plutôt trop déterminée et trop résolue pour ne pouvoir te résoudre, iras-tu toujours errant d’objets en objets, sans jamais t’arrêter au bien véritable?

BONUS: La Chanson de Slogan / Bande Annonce

Advertisements

Written by audiogrammes

April 8, 2017 at 12:00

a(i)mer

leave a comment »

Pierrot le Fou quote


Je ne sais plus si c’est Anna Karina qui m’a fait découvrir ce morceau ou si c’est Jeanne Moreau



En tout cas, elle a beaucoup chanté chez Godard. D’ailleurs, dans Pierrot Le fou elle chante aussi cette chanson magnifique.



Et bien sur, elle a chanté avec d’autres dans les années 60…
Même si au cinéma c’est face à Brialy qu’elle a chanté le morceau suivant, je préfère cette version avec son auteur-compositeur.

Et là je pourrai aller n’importe où:
Le Beau Serge avec Brialy mais sans Gainsbourg?
Ou tout simplement cet autre extrait d’Anna?

Il en a eu des interprètes Serge, et pas des moindres…

Dani et Daho?

Sa version n’ayant apparu que bien plus tard, on a l’impression que c’est lui qui les reprend.

Et Deneuve bien sûr…

Et voila j’arrive enfin à la chanson qui a déclenché ce délire.

Et son personnage la chantant dans sa jeunesse.

Je suis presqu’un inconditionnel d’Alex Beaupain et de Christophe Honoré: Les Chansons d’amour, les Bien-aimés… et même les morceaux “solo” qui sont malheureusement introuvables en ligne.

C’est pas Gainsbourg mais c’est bon et ça fait du bien par où ça passe.
Désolé, mais comme monsieur Beaupain se protège dans le monde virtuel, faut cliquer pour télécharger/écouter ce morceau.

Je veux de l’alcool
Comme discipline d’école
Et si je décline, so cold
Aspirine et Sorbitol

Je veux de la drogue
Comme mes idoles de Vogue
Et si je décolle “so high”
Qu’on m’arrête en plein vol

Mais pas d’amour
Pas de baiser, pas d’être aimé, pas d’alentours

Je veux du sexe
Comme au dortoir qui vexe
Et quand ça part, réflexe
Qu’on m’essuie d’un Kleenex

Je veux de la nuit
Comme désespoir la pluie
Et si j’espère quand même
Punissez moi c’est que j’oublie

Mais pas d’amour
Pas de baiser, pas d’être aimé, pas d’alentours

Tu dis mon petit quand on est poli
On dit pas je veux, on dit j’aimerais

Je dis je veux même si c’est pas joli
Car moi plus jamais
J’aimerai

Crying

leave a comment »




Ardisson: “Can one be happy again after such a relationship?”
Anna Karina: “One can be happy but in a different way.”
Godard: “I believe one can be much happier.”



Approximative translation taken from JLG and Anna Karina’s first meeting after 20 years.
Thank you for sharing Mr R.





Anna Karina est tout simplement bouleversée de se retrouver assise à côté de son ex-mari, Jean-Luc Godard. L’animateur lui a caché jusqu’à la dernière minute la présence du grand amour de sa vie, qu’elle n’a plus vu ni entendu depuis vingt ans. Elle quitte le plateau en larmes lorsque le cinéaste se montre maladroit – ou simplement goujat – au point de déclarer qu’il a été « plus heureux après la rupture ».
Pour plus d’infos


I remembered a friend used the same image from “Vivre sa vie” on Soundcloud for a track called Crying
Nothing to do with the Roy Orbison track that was covered in Spanish in David Lynch’s Mulholland Drive by Rebekah del Rio.





Really intense scene. Go and watch this movie!
You don’t have to get it the first or even the 6th time around…


And we end today’s Crying Game with Rickie Lee Jones’ cover of Gerry and the Pacemakers’ “Don’t Let The Sun Catch You Crying”.
Or why I’ve decided to become a vampire…





Don’t let the sun catch you cryin’
The night’s the time for all your tears
Your heart may be broken tonight
But tomorrow in the morning light
Don’t let the sun catch you cryin’
The night-time shadows disappear
And with them go all your tears
For the morning will bring joy
For every girl and boy
So don’t let the sun catch you cryin’
We know that cryin’s not a bad thing
But stop your cryin’ when the birds sing
It may be hard to discover
That you’ve been left for another
But don’t forget that love’s a game
And it can always come again
Oh don’t let the sun catch you cryin’
Don’t let the sun catch you cryin’, oh no
Oh, oh, oh

Written by audiogrammes

October 26, 2011 at 15:06